dimanche 4 mai 2008

la ville

INTRODUCTION

En l’an 2000, selon les perspectives des Nations Unies(1995), près d’un homme ou d’une femme sur deux vivra en ville.Pour bien prendre la mesure du phénomène, rappelons q’en 1950, moins d’un tiers seulement dans la population mondiale était urbaine, soit 740 millions de citadins pour environ 1.8 milliards de ruraux.Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la population urbaine était surtout concentrée dans les pays développés.Aujourd’hui, la répartition de la population a bien changé, l’urbanisation concerne au premier chef les pays en développement.En 1996 sur les 2.5 milliards de citadins,1.5 milliards vivent dans les villes de ces pays.L’urbanisation rapide est donc une caractéristique majeure des pays du tiers monde.Actuellement, 32% de la population des pays en développement réside dans les villes, contre seulement 17% en 1950.L’Amérique latine, est aussi urbanisée que l’Europe ( 74% d’urbains) et déjà un tiers de la population africaine demeure en ville (34%),même proportion qu’en Asie (35%).


DEFINITION DE LA VILLE

Une ville est une unité urbaine étendue et fortement peuplée (par opposition aux villages) dans laquelle se concentrent la plupart des activités humaines : habitat, commerce, industrie, éducation, politique et culture.
Les principes qui gouvernent la structure et l’organisation de la ville sont étudiés par la sociologie urbaine.En Belgique,la ville est un titre honorifique officiel qui est donné par arrêté royal aux communes ayant eu une importance historique,notamment depuis le moyen âge .Au Canada ,Il s’agit aussi d’un statut officiel pour les municipalités.En France,où l’organisation municipale est devenue uniforme, la ville est définit selon le critère de l’importance du peuplement et de la continuité de l’habitat.


FONCTIONS DE LA VILLE

Les fonctions urbaines sont l’ensemble des activités (économiques, politiques et culturelles) d’une ville.plus les fonctions urbaines sont nombreuses et importantes, plus l’aire d’influence de la ville est vaste.L’aire d’influence d’une ville correspond au territoire sur lequel vivent les personnes qui ont recours aux services basés dans cette ville.

FONCTIONS ECONOMIQUES

En ville les secteurs économiques les plus développés sont les secteurs secondaires (industrie), et tertiaires (les services), contrairement aux villages ou le secteur dominant est le secteur primaire (agriculture, élevage).
En effet les grandes activités des secteurs secondaires ,tertiaires tels que le commerce, l’industrie,les services, cabinet d’avocat, cliniques…sont implantées dans les villes en raison du confort minimal qu’exigent ces activités en matière d’infrastructures, d’équipements et aussi en raison du niveau de revenu des habitants.Par exemple les cliniques seront moins fréquentées dans les villages qu’en ville en raison du coût élevé des services qu’offre la clinique.Ainsi , nous remarquons que la plupart des grandes activités interindustrielles sont installés soit dans les villes soit a proximité des villes pour avoir accès facilement à la matière première et pour pouvoir écouler à moindre coût leurs produits finis.
Les villes jouent alors un rôle essentiel dans le développement économique national voir international.

FONCTIONS CULTURELLES

Elles se manifestent par la présence des institutions et équipement culturels.Ces fonctions méritent d’être mises en exergue bien que dans certains pays, il existe déjà un ministère chargé de la culture faisant partis intégrante du pouvoir exécutif, car la ville est le siège par excellence de la vivacité culturelle d’un pays.Ainsi fréquemment des foires, expositions, congrès et festivals(SIAO,FESPACO,FILO) sont organisés pour montrer le rôle très important que jouent les villes dans le développement culturel d’un pays.

FONCTIONS POLITIQUES

Les villes et surtout les capitales des pays ou des régions sont les lieux des pouvoirs décisionnels (pouvoir législatif, exécutif et judiciaire) et habitent aussi les sièges des institutions politiques dont l’échelon territorial (local, régional, étatique, international) indique le niveau d’importance.

Le pouvoir législatif : les élus du peuple (députés, sénateurs) tiennent la plupart de leurs assemblées dans les villes et votent les lois et règlement régissant la vie de la nation (pays, région) et qui seront exécutés par le gouvernement.

Le pouvoir judiciaire : les pouvoirs judiciaires tels que la cours de cassation, le conseil constitutionnel, la cours pénale, la cours des comptes, le tribunal de grande instance, sont localisés dans les villes et ont pour rôle de juger les fautes commises par les citoyens et de veiller au respect de la constitution.Ces jugements donnent lieu à des arrêt de justices qui seront exécutés par le gouvernement.

Le pouvoir exécutif : il est formé du gouvernement et de tous ses démembrements, c’est-à-dire l’ensemble des ministères et institutions ainsi que les représentations de ses ministères dans les autres villes que la capitale.Il est chargé de mettre en application les lois et règlements votés par le législatif et d’exécuter les arrêts de justice.En résumé il est chargé de mettre en œuvre la politique de l’ETAT.

PROBLEMES DE LA VILLE

LES CAUSES

L’urbanisation s’explique par plusieurs raisons dont les plus importantes sont :

- l’accroissement naturel ; car la transition démographique y est plus précoce et parce que la population est plus jeune que dans le monde rural.
- L’exode rural ; il fait connaître à la ville un essor considérable car la pression démographique accentue le manque de terre et pousse les paysans surtout les jeunes vers les villes ou ils espèrent trouver du travail.
- L’extension des villes ; elle provoque l’absorption des espaces ruraux situés aux alentours.Ceci entraîne l’extension d’un mode de vie urbain à des régions entières autrefois rurales.


LES CONSEQUENCES DE L’URBANISATION

En dépit de tous les avantages que peut présenter la vie en milieu urbain, la progression de la pauvreté obscurcit l’avenir.Un grand nombre de citadins risque de se retrouver dans la rue, de tomber malade ou d’être victimes de violences.Ces problèmes ne touchent directement qu’une partie de la population.Mais l’ensemble de la société en ressent indirectement les effets.
Nous analyserons ces problèmes sous trois angles :

- sur le plan sanitaire, la santé des citadins est menacée par la pollution et par d’autres dangers que sont les maladies provoquées par des conditions d’hygiènes et de vie précaires.En effet, les voitures, les combustibles fossiles, les usines dégagent dans l’atmosphère des substances nocives qui sont l’origine des infections respiratoires et d’intoxication par le plomb.
- Au niveau du logement, le nombre de sans abris augmente dans toutes les villes du monde, sans parler des mal logés.Si l’on ajoute ces deux chiffres, celui des sans abris et celui des mal logés, on arrive à un milliard de personnes à l’échelle de la planète.Les gens qui n’ont pas de logement ou qui vivent dans des conditions insalubres sont constamment menacés par la maladie et ont une espérance de vie beaucoup plus courte que le reste de la population.
- Au niveau de la sécurité, la criminalité, la violence sont d’autres problèmes spécifiquement urbains que l’on retrouve dans toutes les parties du monde.Depuis une vingtaine d’années, la violence urbaine croit de 3 à 5% par an.La pauvreté et l’exclusion sociale sont considérées comme les principaux facteurs en cause.


SOLUTIONS

Les problèmes ci-dessus énumérés ne sont pas là des situations inévitables ; ils sont souvent le résultat d’une mauvaise répartition des richesses et une mauvaise politique.Par exemple au Burkina Faso moins de 20% de la population détient plus de 90% des richesses du pays selon le rapport du PNUD 2006 relaté par le Député Laurent Bado lors du passage du premier ministre à l’assemblée nationale au premier trimestre 2008.
Ces problèmes peuvent être résolus, et l’ont été dans de nombreuses villes, mais les conditions suivantes doivent être remplies :
- un changement profond qui permettra de faire des économies,
- l’amélioration de la santé publique et de l’hygiène,
- une utilisation plus rationnelle des terres,
- un recours à des modes de transports peu polluants,
- la création d’emplois et l’élimination convenable des déchets peuvent nettement améliorer les conditions de vie en milieu urbain,
- la fixation des jeunes ruraux dans leur terroir par la création des activités génératrices de revenus ceci afin de ralentir l’exode rural.

CONCLUSION

Malgré ses conséquences néfastes, l’urbanisation apparaît comme un phénomène incontournable de nos jours dans le monde.En effet on constate que la ville est le centre de décisions politiques, économiques et culturelles ; le lieu ou sont élaborés la plupart des programmes de développement des campagnes.
Ainsi, il paraît important de prendre des mesures atténuant les inconvénients de l’urbanisation et permettant aux villes de jouer pleinement leur rôle de catalyseur du développement.
Ces mesures sont entre autres la réglementation de l’immigration par une fixation des jeunes dans leur terroir, la lutte contre la délinquance juvénile, le grand banditisme et la pauvreté.

Aucun commentaire: